STAND WATIE

STAND WATIE
GUERRE CIVILE AMERICAINE

220px stand watie

 

Stand Watie (12 décembre 1806 – 9 septembre 1871) (également connu sous les noms de Degataga : « inébranlable » et d’Isaac S. Watie) fut un chef de la nation Cherokee et un général de brigade de l’armée des États confédérés d'Amérique durant la guerre de Sécession. Il commanda la cavalerie amérindienne, essentiellement composée de Cherokees, de Creeks et de Séminoles.

Stand Watie fut le seul amérindien des États-Unis à atteindre le grade de général de brigade (ou brigadier general selon la terminologie militaire en vigueur dans les armées américaines) dans l'une ou l'autre des deux armées alors en conflit.

Après que le chef John Ross et le Conseil Cherokee, qui avaient d’abord proclamé la neutralité des Cherokees dans le conflit, eurent décidé de soutenir la cause des États confédérés d’Amérique par crainte de diviser la nation cherokee, Watie décida de lever un régiment de cavalerie. En octobre 1861, il reçut le grade de colonel du First Cherokee Mounted Rifles.

Bien qu’il combattit officiellement les troupes fédérales, Watie usa aussi de son commandement pour s’impliquer dans des luttes internes aux Cherokees, et se retourner de la même façon contre des Creeks, des Séminoles et d’autres qui avaient choisi de soutenir l’Union. Watie est surtout connu pour son rôle dans la bataille de Pea Ridge, en Arkansas, qui se tint du 6 au 8 mars 1862 et s’acheva sur une victoire de l’Union. Les troupes de Watie y prirent les positions de l’artillerie des fédéraux, réussissant par ce fait à couvrir la retraite de l’armée confédérée du champ de bataille.

Bien que le soutien cherokee à la Confédération se fût émoussé, Watie resta à la tête de ce qui restait de ses troupes. Il fut promu au grade de général de brigade par le général Samuel Bell Maxey, et se vit confier le commandement de deux régiments de cavalerie ainsi que de trois bataillons d’infanterie composés de Cherokees, de Séminoles et d’Osages. Ces soldats étaient basés au sud de la Canadian River, qu’ils traversaient régulièrement pour mener des incursions au sein du territoire de l’Union. Ils combattirent dans nombre de batailles et d’escarmouches dans l’ouest du territoire confédéré, notamment sur le Territoire indien, l’Arkansas, le Missouri, le Kansas et le Texas. Les forces de Stand Watie sont réputées avoir davantage été engagées à l’ouest du Mississippi que toute autre unité.

Le 23 juin 1865, à Fort Towson, dans le secteur choctaw du territoire de l’Oklahoma, Watie signa un accord de cessez-le-feu avec des envoyés de l’Union, devenant ainsi le dernier général confédéré à rendre les armes.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site