PRINCE THOMAS GEORGE- WW2/KOREAN WAR

PRINCE THOMAS GEORGE
2EME GUERRE MONDIALE - CORÉE

 

 

Dès que j'ai revêtu l'uniforme, je me suis senti devenir un meilleur homme. Tommy Prince

Thomas George Prince était l'un des 11 enfants de Henry et Arabella Prince, de la bande Brokenhead à Scanterbury, au Manitoba. Il était l'un des descendants de Peguis, le chef Saulteaux qui avait conduit sa bande de 200 Ojibwas de la région de Sault-Sainte-Marie à la rivière Rouge dans les années 1790, et du chef William Prince, qui avait dirigé l'équipe Ojibwa-Manitoba des Voyageurs du Nil.

Prince s'enrôla en juin 1940, à l'âge de 24 ans, et commença son service comme sapeur dans le Corps du génie royal canadien. Après deux années de service au sein de ce Corps, il répondit à un appel de volontaires parachutistes et, vers la fin de 1942, il s'entraînait avec le 1er Bataillon canadien de service spécial.

Peu après, ce bataillon sélect fut fusionné à une unité d'élite américaine pour former un bataillon d'avant-garde composé de 1 600 hommes possédant des compétences particulières. C'était, officiellement, la 1re Brigade de service spécial; pour les Allemands, ce serait, la « Brigade du diable ». Au début, cette brigade devait être composée de parachutistes qui sauteraient derrière les lignes ennemies pour saboter leurs installations. Elle devint plutôt un groupe d'assaut polyvalent et acquit une réputation en se spécialisant dans la reconnaissance et les raids. Prince était bien préparé pour en faire partie.

Le 8 février 1944, près de Littoria, en Italie, le sergent de reconnaissance Prince espionnait les Allemands. Une ferme abandonnée à 200 mètres de l'ennemi lui servait de poste d'observation, et 1 400 mètres de fil téléphonique lui permettaient de rester en communication avec la brigade. Il voyait très bien les emplacements de l'artillerie ennemie et en fit promptement rapport.

Au cours de ce qui serait une surveillance solo de 24 heures, les lignes de communication de Prince furent coupées par les bombardements. Le sergent ne s'en fit pas pour si peu et, enfilant des vêtements de ferme, il prit une fourche et, en pleine vue des soldats allemands, il se mit à sarcler son champ. Lentement, il avançait le long du fil jusqu'à ce qu'il arrive au point où celui-ci était endommagé. Il se penchait alors comme pour attacher ses lacets, et rapidement, raccordait le fil. Il continua ensuite à envoyer ses rapports et les dommages à l'ennemi continuèrent de s'accumuler. Au total, quatre positions allemandes furent détruites et Prince avait gagné la MM. Comme la citation l'explique : « Le courage du sergent Prince et sa totale indifférence envers sa sécurité furent une inspiration pour ses camarades et un grand avantage pour son unité ».

Six mois plus tard, la Brigade du diable entra dans le sud de la France. Le 1er septembre, pendant une tournée de reconnaissance loin derrière les lignes allemandes près de L'Escarène, le sergent Prince et un soldat repérèrent l'emplacement des canons et du camp d'un bataillon de réserve de l'ennemi. Prince marcha sur une distance de 70 kilomètres sur un terrain raboteux et montagneux, pour faire rapport de ces renseignements et conduire la brigade au campement.

Ensuite, il prit part à la bataille.

Par la suite, Prince fut recommandé pour être décoré de la Silver Star, une décoration de l'armée américaine accordée pour bravoure au combat.

La citation était très élogieuse :

Le rapport de la patrouille fut si exact que le régiment du sergent Prince avança le 5 septembre 1944, occupa d'autres hauteurs et réussit à anéantir le camp ennemi. Le sens aigu des responsabilités et du devoir du sergent Prince, en plus d'être conforme aux plus hautes traditions du service militaire, l'honore ainsi que les Forces armées des nations alliées.

Lorsque les combats cessèrent dans le sud de la France, Prince fut mandaté au palais de Buckingham où le roi George VI le décora de la Médaille militaire et, au nom du président des États-Unis, de la Silver Star avec ruban. Tommy Prince fut l'un des 59 Canadiens à qui l'on décerna la Silver Star au cours de la Seconde Guerre mondiale. Seuls trois membres de ce groupe reçurent aussi la MM.

En décembre 1944, la Brigade du diable fut abolie et ses membres furent dispersés parmi les autres bataillons. La guerre prit fin en Europe pendant que Prince se trouvait en Angleterre.

Trois des onze médailles que Tommy Prince se mérita au cours de sa carrière militaire, soit la Médaille de Corée, la Médaille du Service des Nations Unies, et la Médaille canadienne du service volontaire pour la Corée, lui furent décernées à l'égard du service qu'il a accompli dans le cadre des opérations des Nations Unies en Corée. En août 1950, soit une semaine après que le gouvernement eut annoncé sa décision de constituer une force spéciale, Prince, alors âgé de 34 ans, se porta volontaire. Il s'enrôla dans le 2e Bataillon du Princess Patricia's Canadian Light Infantry (PPCLI), la première unité de l'armée canadienne qui arriva dans la région.

Prince connut rapidement le combat. En février 1951, le PPCLI se joignit à la 27e Brigade du Commonwealth sur le champ de bataille. Peu après être arrivé dans la zone de guerre, le sergent, qui était commandant en second d'un peloton de fusiliers, dirigea huit hommes d'une « patrouille d'intervention » de nuit dans un camp ennemi. Le raid fut un succès. Le groupe revint avant l'aube et rapporta deux mitrailleuses ennemies. D'autres raids suivirent. Cependant, selon les auteurs d'une biographie de Prince, il fut affecté à moins de patrouilles parce que le commandant jugea que Prince prenait trop de risques qui pouvaient mettre en danger la vie des soldats qu'il commandait.

Prince servait dans le 2e Bataillon du PPCLI qui, avec le 3e Royal Australian Regiment, reçut la Presidential Unit Citation des Etats-Unis pour services distingués à l'égard des succès remportés dans la vallée de Kapyong les 24 et 25 avril 1951, au cours de l'un des combats les plus acharnés de la guerre. Les hommes du Princess Patricia devaient maintenir une position défensive à la colline 677 afin qu'une division sud-coréenne puisse se replier pendant une attaque des forces chinoises et nord-coréennes. Bien qu'à un certain moment le bataillon fut encerclé et que les munitions et les rations de secours ne purent être amenées que par la voie des airs, le bataillon du Princess Patricia tint bon. L'ennemi se retira. Dix hommes du PPCLI furent tués et 23 autres blessés au cours de la bataille de deux jours. C'était la première fois qu'une unité canadienne recevait cette décoration.

Le séjour de Prince au front fut intense, mais bref. Il était sujet à des enflures douloureuses aux genoux et il souffrait d'arthrite précoce. Il lui était terriblement pénible d'endurer les remontées constantes de pentes raides caractéristiques du paysage de la Corée. Après avoir subi un examen médical en mai 1951, il fut hospitalisé et, par la suite, on lui confia des tâches administratives. Il rentra au Canada en août.

Prince continua de servir dans les forces actives à titre de sergent administratif au Camp Borden, en Ontario. Là, le repos eut bientôt raison de ses troubles des genoux, puis, en mars 1952, il se porta volontaire pour une deuxième affectation en Extrême-Orient. Il s'embarqua pour la Corée au mois d'octobre avec le 3e Bataillon du PPCLI.

En novembre 1952, l'entraînement du 3e Bataillon du PPCLI en Corée fut interrompu par les combats sur « le Crochet », une position importante à l'ouest de la rivière Sami-chon d'où l'on pouvait voir la plus grande partie de l'arrière des forces de l'ONU. Un bataillon chinois réussit à gagner une emprise sur les positions d'avant d'une autre unité des forces de l'ONU le 18 novembre. Le 3e Bataillon du PPCLI reçut alors l'ordre de défendre le secteur. À l'aube du 19, avec l'aide du PPCLI, l'unité de l'ONU reprit la position. Cinq hommes du PPCLI furent tués et neuf autres furent blessés au cours des combats sur le Crochet, dont le sergent Prince.

Prince se remit de sa blessure, mais il commença à éprouver des troubles continuels dûs à de l'arthrite aux genoux. Entre janvier et avril, il passa plusieurs semaines à l'hôpital. L'armistice fut signée en Corée en juillet 1953 et, au mois de novembre suivant, Prince retourna au Canada. Il resta dans l'armée, en poste à un dépôt d'effectif, à Winnipeg, jusqu'en septembre 1954.

Tommy Prince mourut à l'Hôpital Deer Lodge, à Winnipeg, en novembre 1977, à l'âge de 62 ans. À ses funérailles, des membres du Princess Patricia servirent de porteurs et couvrirent le cercueil d'un drapeau du Canada pour le service commémoratif. C'était un hommage impressionnant :

Comme les trompettes se taisaient, cinq jeunes hommes de la réserve indienne à Brokenhead commencèrent à chanter la mélopée « Death of a Warrior » pendant que les tambours scandaient une triste lamentation. ... La foule de plus de 500 personnes comprenait des gens de toutes les positions sociales : des soldats, des anciens combattants, le lieutenant-gouverneur Jobin du Manitoba, les consuls de France, d'Italie et des États-Unis, des agriculteurs, des pêcheurs, des trappeurs, des hommes d'affaires et nombre d'autres.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×