ANDERSON EDITH CROCKETT- WW1

ANDERSON (MONTURE) EDITH
1ERE GUERRE MONDIALE

(SOURCE : ANCIENS COMBATTANTS CANADA)

Les femmes autochtones firent aussi leur part de sacrifices et de contributions au cours de la guerre. Il y a lieu de citer par exemple, Edith Anderson Monture, une infirmière qui servit outre-mer dans un hôpital d'une base américaine.

La plus jeune d'une famille de huit enfants, Edith Anderson naquit en 1890 dans la réserve Grand River des Six-Nations. Étant jeune femme, elle était résolue de devenir infirmière, mais elle avait peu de chances de recevoir cette formation au Canada. Elle étudia à la New Rochelle School of Nursing, dans l'état de New York et, après avoir obtenu son diplôme d'infirmière autorisée en 1914, elle travailla dans une école élémentaire américaine.

En 1917, Edith Anderson, qui était alors âgée de 27 ans, et 19 autres infirmières, dont 14 étaient également Canadiennes, se joignirent au U.S. Medical Corps. Quelques mois plus tard, elles se retrouvèrent à Vittel, en France, à l'Hôpital numéro 23 de la base Buffalo, un ancien hôtel de villégiature. L'infirmière Anderson passa la plupart de son temps à l'hôpital à traiter les soldats blessés par arme à feu ou intoxiqués par des gaz. Elle fut parfois envoyée à d'autres centres hospitaliers pour prêter main forte, ce qui lui donnait l'occasion de voir davantage le pays. Parfois, elle en vit plus qu'elle aurait désiré.

En 1983, un reporter du journal local, The Grand River Sachem, a interviewé l'ancienne infirmière. Elle était âgée de 93 ans, mais toujours pleine de vie et très sociable. Elle raconta :

anderson-edith-crockett.jpg

Nous marchions jusqu'au lieu des combats. C'était horrible à voir - les maisons en ruine, les arbres brûlés, des obus vides gisant partout, des villes entières avaient sauté.

Elle se rappelait tout particulièrement un jeune américain âgé de 20 ans, à l'Hôpital numéro 23 :

Il avait été blessé par balle au cou, mais il allait bien. Une nuit alors que j'étais de garde, il fit une grosse hémorragie. Nous avions des infirmiers, mais on ne les trouvait pas. C'est un jeune homme qui avait apporté du pain pour les Américains qui m'a aidé.

Nous avons finalement réussi à arrêter l'hémorragie et à le calmer. La nuit suivante, il était très bien, mais il fit une autre hémorragie le lendemain soir. Il mourut au cours de la nuit suivante.

Ce fut tout un choc pour nous tous parce que nous croyions qu'il allait s'en tirer. J'ai obtenu l'adresse de sa mère aux Etats-Unis et je lui ai écrit pour lui dire que j'étais au chevet de son fils lorsqu'il est décédé.

Après la guerre, Edith Anderson revint à la réserve des Six-Nations et c'est là que les parents du jeune Américain communiquèrent avec elle pour l'inviter en Iowa. Elle s'y rendit. Les parents du jeune homme firent un voyage à Vittel, et en revenant, ils s'arrêtèrent chez elle.

Edith Anderson épousa Claybran Monture en 1919 et éleva ensuite quatre enfants. Elle poursuivit sa carrière d'infirmière en travaillant occasionnellement dans un hôpital sur la réserve jusqu'en 1955. 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site