french and indian war 1754-1760

GUERRE DE LA CONQUETE
1754 -1760

 

ROYAUME DE FRANCE ET SES ALLIÉS AMÉRINDIENS : ABÉNAQUIS, ALGONQUINS, HURON, MONTAGNAIS, MI’KMAQ, OUTAOUAIS, LENAPE, OJIBWÉS, SHAWNEES, POTAWATOMIS

 CONTRE LA GRANDE BRETAGNE APPUYÉES PAR LES IROQUOIS.

 

 french-and-indian-war.jpg

 

 La guerre de la Conquête constitue l’affrontement entre les Français et les Britanniques pour le contrôle de l’Amérique du Nord. Les hostilités commencent en 1754, deux ans avant le déclenchement de la guerre de Sept Ans en Europe. Aux États-Unis, on utilise fréquemment l'appellation French and Indian War, ce qui signifie « guerre contre les Français et les Indiens » Cette guerre débute en 1754, lors d'accrochages dans la vallée de l'Ohio, les différents affrontements de cette guerre mettront aux prises les Français, leurs milices de la Nouvelle-France et leurs alliés amérindiens d'un côté et les Britanniques, leurs milices américaines et leur allié iroquois de l'autre. Le siège le plus impressionnant est celui de Québec en 1759. La prise de Montréal (1760) met fin à la guerre en Amérique.

À cette époque, la France possédait la grande majorité de la région explorée du nouveau continent (1745), plus de la moitié de l'Amérique du Nord. Elle comptait une partie du Québec actuel (on peut mentionner notamment la région de la Baie d'Hudson qui n'était pas sous contrôle français) plus une grande partie de l'Est canadien. Sa frontière partait, au Nord, à la limite de l'actuel Labrador, faisait une parabole passant en dessous de la baie James pour aller contourner le lac Manitoba et le lac Winnipeg, au centre de l'actuel Manitoba et descendait jusqu'au Golfe du Mexique, en suivant, plus à l'ouest, le fleuve Mississippi. Seule une bordure d'une centaine de kilomètres sur la Côte Atlantique en était exclue car elle correspondait au territoire des 13 premières colonies anglaises en Amérique (nommées du nord vers le sud) : Le New Hampshire, Massachusetts, New York, Rhode Island, Connecticut, New Jersey, Pennsylvanie, Virginie, Delaware, Maryland, Caroline du Nord, Caroline du Sud et la Géorgie.

Les Français étaient alliés avec presque toutes les nations amérindiennes d'Amérique du Nord. Les Amérindiens constituaient une force importante dans la défense de la Nouvelle-France. Comme les miliciens, ils étaient efficaces dans la guerre d'embuscade. Même si chaque nation amérindienne a ses propres rites et traditions, il est possible d'observer une constante dans les tactiques de guerre et les stratégies adoptées par les Amérindiens qui prennent part au conflit.

D'abord, ceux-ci ne se battent jamais en terrain à découvert; les tactiques de l'embuscade et de camouflage sont plutôt le propre de ces alliés. En fait, l'attaque-surprise est leur plus fort atout. Elle prend de court les soldats européens habitués à la bataille en rangée et fait, en conséquence, beaucoup de ravages. Quant aux préparatifs de guerre, malgré quelques variantes d'un groupe à l'autre, on observe certains éléments communs : de longues discussions avant le départ, accompagnées du calumet de la guerre et de danses. Les rêves prémonitoires étaient également très populaires pour prédire l'issue d'une guerre ou si elle représentait un danger pour un individu ou une nation entière.

À l'été 1759, à Québec, près de 1800 Amérindiens prennent part au conflit qui oppose les armées française et britannique. Parmi les alliés des Français qui sont présents durant le siège de Québec, on compte notamment des Abénaquis, des Micmacs, des Malécites, des Outaouais, des  Poutouétamis, des Renards et des Hurons.

Dans l'histoire amérindienne, une légende raconte qu'après la bataille des plaines d'Abraham, lorsque la reddition allait être signée, des chefs alliés à la France ont proposé à Montcalm de ne pas se rendre, de laisser la ville de Québec aux Britanniques et de se retirer. Des messagers amérindiens auraient été envoyés dans l'ouest du pays pour aller chercher des renforts et ainsi contre-attaquer les troupes de James Wolfe qui avaient autant souffert. Mais Montcalm refusa. Il avait déjà donné sa reddition. Cette histoire est probablement fausse puisque Montcalm est mort le lendemain de la bataille suite à une blessure subie dans la retraite.

 Par le Traité de Paris signé en 1763 entre la France et la Grande-Bretagne, celle-ci obtient de la France l'Île Royale, l'Isle Saint-Jean, l'Acadie, le Canada, le bassin des Grands Lacs, ainsi que tous les territoires français situés à l'est du Mississippi. Mais la France recouvre aussi des territoires en Amérique, comme ses territoires des Antilles, ainsi que Saint-Pierre-et-Miquelon (qu'elle avait perdu en 1713).

Commentaires (1)

1. potet laurent 09/06/2016

Merci pour ce magnifique site plein de renseignements et qui prends en compte le sacrifice qu'il ont faits pour nous sauver de la barbarie nazie.
Laurent Potet

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site