TROOP L

LA TROUPE L

 

Pour de nombreux officiers de l’armée américaine, l’enrôlement amérindien était un tremplin vers leur assimilation. Un des officiers qui y croyait le plus, était  John J Pershing, stationner à Pine Ridge, South Dakota dans les années 1890.  Pour lui, les soldats indiens apprenaient très bien l’Anglais, étaient un exemple pour les autres indiens, de très patriotes et surtout d’excellents soldats. Il conseilla à plusieurs reprises de former un ou deux régiments indiens permanents, au même titre que ceux des noirs, mais avec des officiers indiens.

 

Il continua son support a des unités entièrement amérindiennes durant la 1ere guerre mondiale.

A l’inverse, des nombreux groupes religieux et humanitaire refusaient un tel enrôlement. Pour eux, les Indiens devaient devenir des fermiers et non rester des guerriers à cause de leur sauvagerie au combat. Finalement, quand les propositions tombèrent, de nombreuses nations acceptèrent d’enrôler leurs jeunes hommes en tant que scout ou auxiliaires de l’armée. Pour les Indiens, l’armée représentait une façon simple de perpétuer leur esprit guerrier.

 

 

Des les années 1890, l’armée voulut expérimenter l’engagement amérindien, non pas en tant que scout a court terme, mais en tant que soldat engagé pour 5 ans. Une directive de 1891 autorise la création de la troupe L dans la cavalerie et la compagnie I dans l’infanterie. On transféra les blancs de ces compagnies vers d’autres compagnies afin de les remplacer par des indiens. La directive prévoyait l’enrôlement d’au moins 1000 indiens. Le programme connus un grand succès a ces débuts, les recrues indiennes excellent dans toutes les facettes militaires. Une unité d’anciens prisonniers Apache fut même mis à l’honneur lors des défilés de son bataillon.

 

Mais la population fut contre cette idée, comment réagiraient les gens si une troupe d’indiens assurait leur sécurité en ville ? Comment ces unités réagiraient si elles devaient combattre d’autres indiens ?

 

Un journaliste alla jusqu'à faire une comparaison avec les barbares des temps anciens, disant que les états unis s’écrouleraient en engageant des indiens, comme ce sont écroulés les empire romains et grecs avec leurs mercenaires barbares.

 troop-l.jpg

 

Mais la chute de l’expérience proviendra des soldats eux-mêmes. Après 5 ans d’essai, il fut quasi impossible de recruter ou de réengager les soldats indiens. Des 1000 indiens engagés, il n’en resta que 67 a l’été 1895 ! De nombreuses unités indiennes ne comptaient plus que leurs officiers, tous blancs. Mal payé, mal nourris, mal équipé; les soldats indiens ne se réengagèrent pas. Le 31 mai 1897, l’armée américaine déclara l’expérience comme étant un échec et dissous la dernière unité indienne encore en place : la troupe L.

 

Pourquoi un échec ? La discipline et la vie de soldat n’effrayait pas les indiens, mais la violation de leur culture les fâcha. Obligés de se couper les cheveux, de parler l’Anglais, de rester enfermer dans les camps, tout cela loin de leur famille dissuada la plupart des soldats. Mais un général avouera des années plus tard que le racisme permanent dont étaient victimes les soldats indiens était probablement la cause majeure de cet échec.

 

Ironiquement, cette expérience fut tout de même un succès. Non-citoyen américain, les Indiens avaient tout de même le droit de s’enrôler dans l’Armée parmi les unités blanches; Enrôlement que les noirs américains ne pouvaient faire.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×