Les Anciens Combattants Amérindiens et Vétéran Autochtones Canadiens.

afghanistan

2001-2014

 

Moderne

18 033 Engagés

34 Morts en service

 

L'attentat terroriste du 11/9 a touché les Amérindiens, comme tous les américains, profondément et immédiatement. Ce jour-là, plus de trois cents chefs tribaux des réserves indiennes à travers le pays ont été rassemblés pour une réunion à Washington DC. Leurs réponses aux événements fatals de ce jour étaient, bien sûr, un mélange de tristesse, d'incrédulité et de colère.

Un communiqué de presse publié le même jour par la bande Morongo californienne résuma la réaction indigène. ‘’C'est un jour terrible et triste dans l'histoire américaine. La communauté entière envoie nos condoléances les plus profondes aux familles des personnes qui ont perdu la vie ce matin dans les attaques terroristes odieuses et démentes sur le centre commercial mondial à new york et le pentagone à washington dc. Comme dans toutes les grandes crises auxquelles ce pays a dû faire face, nous nous tenons avec toute l'Amérique pour offrir nos ressources et notre soutien dans tous les domaines.’’

Quatre mohawks ont conduit une camionnette remplie de fournitures de secours d'urgence et de dons en espèces à la ville. La tribu mohegan du Connecticut a promis 1 million de dollars pour aider les victimes et les familles de la tragédie, et des centaines de milliers de dollars proviennent d'autres tribus autour du pays.

L’opération Enduring Freedom  était le nom attribué à la première réponse militaire américaine aux attentats terroristes du 11 septembre. Le nom se référait principalement à la guerre en afghanistan et la recherche initiale du chef d’al qaeda, osama bin laden. Le nombre d'Amérindiens servant dans l'armée à cette époque planait autour de dix-huit mille, bien que les dossiers n'indiquent pas combien étaient déployés en Afghanistan.

 

Le 3 septembre 2006, pendant l’opération Medusa en Afghanistan, le caporal Jason Funnell, du ‘’The Royal Canadian Regiment’’, brave un feu nourri de l’ennemi pour venir prêter main-forte à des camarades qui sont prisonniers d’un véhicule en panne dans une zone de destruction ennemie. Au mépris de sa sécurité personnelle, il traverse par deux fois une zone balayée par un feu efficace de l’ennemi; ce Haïda de Colombie-Britannique contribue ainsi avec succès au traitement et à l’évacuation de ses camarades blessés ou tués, tout en répliquant par des tirs également efficaces. Sa bravoure et son professionnalisme sauvent des vies et permettent à son peloton de se retirer en bon ordre sous un feu nourri. Pour ses exploits, Funnell reçoit la Médaille de la vaillance militaire. Pour sa part, le caporal Doug Tizya, membre de la Première nation d’Old Crow, est envoyé en Afghanistan avec le 2e Bataillon, Princess Patricia’s Canadian Light Infantry. Quelques jours à peine après son arrivée pour sa deuxième période de service en août 2006, il est blessé lors d’une attaque au mortier et aux grenades propulsées par fusée contre la base canadienne de Panjwaii. Touché par des éclats de shrapnel, Tizya subit plusieurs blessures graves au bras et il est renvoyé en convalescence au Canada. Rentré au pays, il est honoré par la danse du guerrier blessé et le Clan de l’Ours de la nation Ojibway lui confère un nom d’esprit lors de sa cérémonie annuelle de l’esprit de l’ours.

 

Les guerres modernes ont la particularité de voir de nombreuses femmes servirent au combat et malheureusement de faire le sacrifice ultime. le caporal-chef  Giesebrecht Brant Kristal Lee Anne, membre des Mohawks de la baie de Quinte, servant au sein du corps médical canadien, a perdu la vie dans un incident impliquant un engin explosif improvisé en Afghanistan en juin 2010.

Mcpl giesebrecht

 

Des rangs de soldats du 2e bataillon, 503e régiment d'infanterie, se sont tenus au garde a vous lorsque l'armée américaine a reconnu le sergent Sgt. Conrad Begaye pour la bravoure sous le feu en Afghanistan.

Lors d'une cérémonie au champ Hoekstra de Caserma Ederle, en Italie,  le général William B. Garrett III, commandant de l'armée américaine, a attaché la Silver Star à l'uniforme de Begaye en reconnaissance pour son leadership et sa valeur lors d'une embuscade ennemie. , Dans la province de Nuristan, afghanistan.

Begaye a dit qu'il aurait préféré une simple poignée de main ou une tape sur le dos. Après tout, les soldats d'infanterie ne se battent pas pour les médailles, ils se battent pour l'autre. C'est pourquoi Begaye se sentait reconnaissant d'avoir des soldats de son unité, derrière lui sur le terrain de la parade pendant la cérémonie.

«Ce qui s'est passé, c'est quelque chose auquel je pense tous les jours, ce n'est pas facile d'oublier», a déclaré Begaye, rappelant les événements de ce jour.

L'unité de Begaye venait de rencontrer des dirigeants afghans locaux. Ils faisaient de la randonnée vers l'est le long d'un petit chemin sur un terrain accidenté lorsque son escouade, les sections du quartier général de son peloton et une escouade de soldats de l'armée nationale afghane, ont commencé à etre pris sous le feu ennemi.

Begaye a été blessé au bras en retournant le feu et en dirigeant ses hommes. Begaye bondit sur une falaise, appelant ses troupes à le suivre sur la pente rocheuse pour trouver une couverture.

 

Il a gardé son sang-froid contre les forces ennemies écrasantes, en dirigeant et encourageant ses collègues soldats sous le feu. Un soldat blessé  aux deux jambes se faisait encore tirer dessus. Begaye lui a crier de faire le mort, sachant que l'ennemi déplacerait leur tir si ils pensaient que le soldat a été tué - une pensée rapide qui a probablement aidé à sauver la vie de ce soldat.

 

Ignorant ses propres blessures, Begaye a déplacé un soldat blessé dans une caverne voisine pour le protéger du feu ennemi. À l'aide d'une radio, il a appelé son quartier général supérieur et a dirigé le feu de mortier sur les positions ennemies . Puis il a motivé un soldat à organiser un périmètre défensif de soldats afghans pour empêcher leur unité d'être harcelé ou dépassé.

 

×